DOB : derrière des chiffres, nos valeurs en action !

Conseil Municipal du vendredi 8 février 2019

Intervention sur le Débat d’Orientation Budgétaire de la Ville / D.O.B.

 

Un débat d’orientation budgétaire, c’est derrière des chiffres, nos valeurs en action.

Nous vivons dans une société en trompe-l’oeil. D’un côté, des avancées technologiques permettant des prouesses incroyables, une reprise économique saluée par les analystes du CAC 40, et de l’autre un vivre ensemble au quotidien qui se délite avec le creusement des inégalités, son lot d’insécurité, qu’elle soit en termes de pollutions de toutes sortes, d’effets du libéralisme économique, ou de violence, relationnelle ou atteignant les biens.

Les élu-es que nous sommes, sur le terrain, loin des ors de la République, pouvons ressentir du désarroi, de la frustration, de la colère même devant la fracture des citoyens avec le monde politique, devant les errances délinquantes des individus qui se trompent de cibles, mais aussi devant les perversités du fonctionnement libéral de la société.

Nous n’avons pas la maîtrise des causes de tous ces travers de notre société. Notre rôle est sans doute simplement, mais déjà, d’atténuer au mieux les impacts négatifs sur la population, tous usagers confondus, en commençant par les plus fragiles. Notre responsabilité est aussi, à notre niveau de participer le moins possible au pillage de la planète qui rend de plus en plus hypothétique la survie de l’espèce humaine.

Dans ce contexte, les enjeux sociaux, écologiques et climatiques sont insuffisamment pris en compte. Nous devons d’abord garder les pieds sur Terre, et estimer comme prioritaire notre aide aux plus démunis. Sortons d’une course stérile où chaque collectivité met en avant son attractivité, cherche à se développer, accumule des projets constructifs ambitieux. Attractivité pourquoi faire ? Les nouveaux habitants se bousculent aux portes de Rezé sans qu’il y ait besoin d’aller les chercher. Se développer ? Les limites communales sont figées, et une fois qu’on aura mis des habitants au-dessus des habitants, où les mettrons nous ?

L’Etat, irresponsable dans ses budgets successifs, est aussi défaillant sur nombre de ses politiques. Il a réduit sa participation de 13 M € en 5 ans alors que notre population augmente et le besoin de services avec. Nous ne pourrons pas y arriver. D’autant que nous l’avions déjà évoqué l’année dernière, la reprise économique joue aussi des tours avec les lois du marché, et nos craintes se sont confirmées cette année (hausse des prix, marchés infructueux…).

Dans le cadre de la responsabilité d’élus locaux, nous mettrons le focus sur quelques axes développés par la Ville que nous soutenons. Quand nous évoquons les plus démunis, nous saluons la possibilité pour les agents de transformer leurs indemnités en points d’indice, afin de bénéficier d’une meilleure retraite. De même, nous saluons les efforts faits en matière d’égalité hommes/femmes au sein de la collectivité. Rappelons-le encore et toujours, les femmes paient un tribut plus lourd que les hommes dans notre société. Le combat contre les violences qui leur sont faites passe par des lieux d’accueil spécialisés. Nous demandons la création d’une antenne du planning familial à Rezé.

Nous soutenons le plan pour accueillir les migrants, même si nous pensons que nous aurions pu agir plus tôt au regard des alertes que nous avions sur le terrain.

Nous souhaitons aussi ne pas baisser la garde sur la question de la sécurité. Les écologistes ont toujours préféré la présence humaine de proximité, mêlant la mobilisation des acteurs éducatifs, de la justice, de la police, pour densifier la prévention, la médiation, à la multiplication à l’infini des caméras vidéo et à une hypothétique répression. Car il faut bien avouer que les systèmes sont contournables. La réoccupation des espaces publics, en multipliant les occasions de l’occuper par la population qui souhaite vivre en paix dans le respecte des autres, à l’instar de l’initiative de création de lieux de convivialité avec les Comités Grands Quartiers, doit être poursuivie, voire intensifiée.

Dans le domaine des impacts sur la planète, et indirectement sur la vie de nos concitoyens, nous saluons le projet d’implantation d’une agriculture responsable sur notre commune. La transition énergétique passe par la mise en acte du Projet d’Alimentation Territoriale, et nous devons y prendre toute notre part. Accentuons aussi encore beaucoup plus notre part de bio dans les approvisionnements de notre cuisine centrale, les circuits courts, ainsi qu’une amélioration du compostage dans les restaurants scolaires. C’est possible, des communes voisines y arrivent, nous devrions y arriver aussi. En matière de participation des familles, nous souhaitons que soit travaillée de façon plus affirmée une participation au taux d’effort, en particulier pour les plus démunis. Nous souhaitons aussi qu’un budget participatif puisse être alloué à des collectifs de jardiniers pour développer encore plus les partages et autres essaimages d’initiatives qui vont dans le bon sens en articulant préservation de la planète et lien social.

Enfin, et cela concerne plus les liens que nous avons avec la métropole, nous devons veiller à une évolution équilibrée de notre ville. La création des logements mentionnée dans le contrat que nous avons avec la Métropole, n’est pas, force est de le constater, accompagnée du développement des services nécessaires pour que la densification soit supportable : l’équipement en voitures des nouveaux habitants n’est pas compatible avec les nouvelles réalisations, et en même temps la collectivité n’offre pas suffisamment, et pas suffisamment tôt, les alternatives qui leur permettraient de s’en passer. Les élu-es écologistes souhaitent que les budgets permettant une vraie transition dans une ville apaisée.

Et puisque nous parlons de ville apaisée, nous saluons vous vous en doutez bien le déploiement opérationnel de la Ville à 30 qui devrait démarrer avant l’été.

Enfin, et pour conclure, nous saluons la ténacité des services qui ont su faire sortir la Ville des emprunts qui pouvaient nous porter préjudice. Nous nous permettons de les féliciter pour leur veille et leur compétence, et de façon plus large, pour les efforts à maintenir les dépenses de fonctionnement selon les objectifs qui leur sont assignés.

Tags: