Coopération et mutualisation entre les communes de Nantes Métropole

Intervention de Didier Quéraud au Conseil Métropolitain du 19 décembre 2016.

Madame la présidente, Cher-e-s collègues,

Depuis 15 ans maintenant, Nantes Métropole s’engage dans la mutualisation intercommunale. Pour les élus écologistes et citoyens, la mutualisation est certes un acte qui permet de réduire les coûts d’investissement et de fonctionnement mais c’est surtout un levier pour permettre plus de solidarités entre les habitants et plus de cohérence dans la gestion des territoires. C’est faire profiter l’ensemble des populations de compétences plus importantes, d’un élargissement des moyens, voire de volontés plus affirmées dans telle ou telle collectivité. C’est faire un pas de plus dans le fait métropolitain, pour le bien de tous.
C’est cette communauté de vue métropolitaine qui nous permet aujourd’hui de bénéficier d’un équilibre intercommunal dans l’habitat social ou dans les transports collectifs. Plus récemment avec la convention cadre d’achat d’électricité, ce travail en commun a permis un bond en avant à la fois qualitatif et quantitatif sur le type d’électricité achetée, permettant à la métropole et aux communes de répondre aux nécessités de la transition énergétique.

Ce qui nous paraît intéressant aussi, c’est que cette philosophie de mutualisation ne s’impose pas au forceps. Sa mise en oeuvre s’accompagne d’une souplesse qui permet aux communes, suivant qu’elles y sont prêtes ou pas en fonctions de leurs priorités ou de leur histoire, d’y rentrer de plein pieds ou pas. De la même façon, une mutualisation « centralisée » animée par Nantes Métropole se double de mutualisations directes entre communes, prouvant s’il en était votre esprit généralisé, chers collègues, d’oeuvrer encore plus pour le bien de nos concitoyens, en s’affranchissant des frontières communales. Le lien qui lie Couëron et Rezé pour la fourniture de repas pendant l’été, quand les volumes à fournir à Couëron ne sont pas suffisants pour maintenir l’activité directe de sa cuisine, en est un exemple très facile à dupliquer.

Une coopération entre les cuisines centrales ouvrirait des pistes multiples : meilleure rationalisation de la logistique et de la production de repas à destination de nos restaurants scolaires, sécurisation des pratiques d’achats de denrées, groupements de commandes pour, à l’instar de l’énergie, pemettre de s’approvisionner en produits de meilleure qualité sans augmenter la dépense publique. Arrêtons un instant sur ce sujet. Un des enjeux « à la mode » de notre alimentation, mais qui a des enjeux structurants, c’est la question des circuits courts. La mutualisation doit permettre aux communes qui le souhaitent de s’approvisionner auprès de producteurs locaux, en utilisant au mieux la réforme des marchés publics et en sécurisant juridiquement leur achat. Elle devrait permettre aussi aux communes de répondre plus facilement aux différentes contraintes sur les régimes différenciés, en particulier sur les intolérances alimentaires.

De même, la mutualisation d’un conseil en énergie partagé avec le soutien de l’ADEME représente quant à elle un signal fort à l’heure du Grand Débat sur la Transition Energétique. Elle permettra d’aider notamment les plus petites communes de l’agglomération, à contribuer à notre objectif métropolitain de réduction des émissions de CO2.

En ce qui concerne la création d’un centre de supervision urbaine qui a pour objectif de déployer la vidéosurveillance dans les communes qui en font la demande, nous notons que la délibération précise qu’il n’y a pas de scenario envisagé actuellement.

Nous pensons que la vidéosurveillance est une réponse inefficace, or nous savons qu’elle est très gourmande en budget dans cette période où l’argent public est rare.

Pour les élu-e-s écologistes et citoyens, la mutualisation et la coopération intercommunale doit reposer avant tout sur la base du consensus et non pas sur des questions qui divisent. Or cette question est loin de faire l’unanimité au sein de notre assemblée.

Merci pour votre attention,

Tags: