Nantes Métropole : pour un plan vélo ambitieux

Plan vélo 2015-2020 :

Développement et gestion de services de location et de stationnement vélos sur le territoire de Nantes Métropole – Signature du marché – Tarifs 2018

Intervention de Didier Quéraud pour le groupe des élu-e-s écologistes et citoyens

Conseil Métropolitain du 8 décembre 2017

 

Madame la Présidente, cher-e-s collègues,

Avec cette délibération, nous avons la satisfaction de voir la mise en œuvre concrète d’une des orientations importantes de notre plan vélo 2015-2020 : l’extension du système de vélos en libre-service, associée à la mise en place d’un système de locations de vélos de longue durée et à des services de stationnement de vélo.

Rappelons-nous qu’avec l’augmentation de population qui se profile sur notre territoire, et avec l’évolution du nombre de déplacements, la réduction – réelle – de la part modale des voitures ne suffit pourtant pas à en diminuer le nombre. Or, alors que depuis déjà plusieurs années les alertes des scientifiques, et en particulier du GIEC préconisent la réduction des gaz à effet de serre, 2016 a été l’année la plus émettrice de gaz à effet de serre de l’Histoire de l’Humanité. Si nous voulons prendre toute notre part à la sauvegarde de la planète, si nous voulons faire acte de prévention en matière de santé environnementale, si nous voulons plus localement résoudre les sempiternels embouteillages quotidiens, il nous faut être extrêmement volontaires sur le sujet.

Nous devons atteindre un objectif de part modale de 12% pour le vélo en 2030, ce qui est ambitieux, ou pas. Excusez-moi de vous le dire chers collègues, ce n’est  pas un objectif extrêmement ambitieux, comparé aux parts modales du vélo dans de nombreuses villes allemandes, néerlandaises ou danoises. Dans le PDU précédent jusqu’en 2015, nous avions déjà inscrit un objectif de 4 % de part modale pour le vélo, objectif qui n’est pas atteint encore en 2017 puisque nous n’en sommes qu’à 3 %. Le nombre de vélos a augmenté de façon spectaculaire, mais cela ne suffit pas à compenser l’augmentation des déplacements effectués en voiture.

Alors aujourd’hui, nous sommes encore très loin des 12 % à atteindre pour notre agglomération. Tous les moyens pour faciliter, développer, généraliser l’usage du vélo doivent donc être mis en œuvre, les systèmes de location de vélo en font partie et l’intégration de cette disposition dans le marché est pertinente.

Malgré tout, nous sommes déçus que ce marché soit attribué à une multinationale de l’affichage et du mobilier urbain. Notre responsabilité sociétale de collectivité devrait pouvoir allier des objectifs en matière environnementale, tout en prenant soin de travailler avec des partenaires à la sensibilité sociale affirmée, et, dans le même temps, faire émerger des acteurs locaux. La dernière ordonnance qui régit les marchés publics nous le permet. Sans connaître précisément le montage de ce marché, nous sommes persuadés que nous avons des marges de manœuvre pour allier l’ensemble des valeurs que je viens de citer en travaillant de façon plus ambitieuse les allotissements et la critérisation de nos marchés. Qu’il nous soit permis d’ailleurs de rappeler qu’un réseau se préoccupant de ce champ d’activité – dont est d’ailleurs adhérente Nantes Métropole – réunit une centaine de collectivités sur le grand ouest. C’est une ressource collective de grande qualité qui permet aux service de s’inspirer, voire d’appliquer, les bonnes pratiques pour monter des marchés les plus vertueux possibles.

Nous voterons bien cette délibération, mais nous serons extrêmement vigilants sur la mise en œuvre du cahier des charges.

Merci pour votre attention.

Tags: