Attractivité et mobilité

Tribune des élu-e-s écologistes

Rezé mensuel #128 – Janvier 2018

Le périphérique et les franchissements de la Loire sont de plus en plus saturés. Nous savons que la population de l’agglomération va augmenter, déjà de façon naturelle, mais encore plus du fait d’une politique qui vise à rendre notre territoire plus attractif, même s’il n’en a pas besoin.

Mécaniquement, le nombre de déplacements va aussi croître. Les efforts qui diminuent la part modale des voitures ne compensent pas la hausse des déplacements  due à une population en augmentation. C’est un fait : le nombre de voitures qui circulent augmente encore ! Une étude conduite par Nantes Métropole indique que 40% des déplacements sont liés à une contrainte (essentiellement pour le travail).

Parallèlement, les alertes récurrentes sur le changement climatique sont sans cesse dépassées par les faits : le climat change plus vite que les prévisions les plus pessimistes. Et alors que nous aurions déjà dû restreindre nos dégagements de gaz à effet de serre depuis plusieurs années, l’année 2016 a été la plus émettrice de l’histoire de l’humanité.

Plus que jamais, il faut cesser de donner plus de place à la voiture. Un nouveau franchissement de la Loire doit être réservé aux transports vertueux, collectifs ou modes actifs. un nouveau franchissement pour les voitures serait immanquablement saturé d’ici quelques années.

La liberté totale de se déplacer n’est plus compatible, ni avec une vie de ville fluide, ni avec l’état de la planète. Plus que jamais, il faut penser partage et modes actifs.

Tags: