Aires urbaines ou cultivées, toujours solid-aires ?

Tribune RM #105 / octobre 2015

Dans le monde 60 millions de personnes dont presque la moitié d’enfants et d’adolescents sont
déplacées à cause des conflits (1) , dans deux types de zones géographiques.
Les unes regorgent de richesses inestimables, qui alimentent notre développement économique.
Les autres sont des lieux stratégiques pour les relations internationales.

Loin, si loin de chez nous mais si proche …finalement.

Nous sommes partie prenante dans les rapports que nous entretenons avec la Palestine, le Sahara Occidental et le Sénégal. Culture, éducation, santé, aide au développement, échanges de pratiques, qu’importe le focus.
Construisons des ponts avec notre voisin d’en face ou d’ailleurs.
Entretenons ces passerelles dans nos immeubles, nos rues, dans notre ville.
Ces chantiers ne sont pas onéreux cependant ils génèrent de nombreux gains sur le plan humain. La solidarité déclinée sous toutes ses formes est un enjeu de taille pour notre Ville.

Jeune, âgé, précaire, moins ceci …plus cela…pas assez…trop…
De la découverte et la connaissance de l’autre découle l’intelligence des relations humaines.
Intelligence créative, enrichie des uns et des autres donc force pour gérer le quotidien et l’avenir à Rezé, à travers les nombreuses initiatives et
réalisations émanant des centres socio-culturels et des 150 associations maillant dynamiquement notre territoire.
Solidaires, engagés auprès et avec vous pour faire reculer les lignes du « On n’y peut rien ».

(1 ) Haut-Commissariat aux Réfugiés – juin 2015
Tags: